Classification et traitement selon la sévérité d’un asthme

 

 

•  D'après les recommandations internationales du GINA (Global Initiative for Asthma) – 2006, la classification par niveaux de sévérité de l'asthme de l'enfant de plus de 5 ans et de l'adulte, doit tenir compte du traitement suivi quotidiennement par le patient.

•  Chez l'enfant de moins de 5 ans, pour les niveaux 3 (asthme persistant modéré) et 4 (asthme persistant sévère) les modalités thérapeutiques diffèrent de celles de l'adulte.

Classification de la sévérité de l'asthme de l'enfant de plus de 5 ans et de l'adulte adaptée des recommandations
internationales du GINA (Global Initiative for Asthma) – 2006.

* Variabilité du débit de pointe = 100 x (débit de pointe du soir - débit de pointe du matin)
0,5 x (débit de pointe du matin + débit de pointe du soir)

•  La prise en charge thérapeutique se fait selon plusieurs niveaux selon les différents niveaux de sévérité de l'asthme.

1. Le 1 er niveau  :

=> Il consiste en l'utilisation à la demande des β2 mimétiques inhalés de courte durée d'action pour contrôler les symptômes.
=> Si l'utilisation des β2 mimétiques est supérieure à 1 fois/semaine, il faut passer au niveau 2 (en ayant contrôlé au préalable la bonne utilisation des aérosols-doseurs).
=> L'utilisation fréquente des β2 mimétiques à courte durée d'action est un indicateur de l'insuffisance du traitement de fond.

2. Le 2 ème niveau  :

=> Il correspond à l'utilisation régulière des anti-inflammatoires inhalés (en cas d'utilisation des β2 mimétiques à courte durée d'action plus d'une fois/semaine ou en cas de symptômes nocturnes survenant plus de 2 fois /mois).
=> Le traitement par corticothérapie inhalée est débuté à doses faibles (en équivalent béclométasone) : 100 à 200µg/jour chez l'enfant et 200 à 500µg/jour chez l'adulte. Une alternative aux corticoïdes inhalés est représentée par les anti-leucotriènes.

3. Le 3 ème niveau  :

= C'est l'utilisation régulière des corticoïdes inhalés à doses faibles (en équivalent béclométasone), associés à des β2 mimétiques inhalés à longue durée d'action. En cas d'utilisation d'un spray, il convient de conseiller au patient l'usage d'une chambre d'inhalation et le rinçage de la bouche systématiquement après chaque prise, pour diminuer les effets secondaires des corticoïdes inhalés (locaux et/ou généraux).
=> Une alternative à cette association est l'utilisation :

   

- de corticoïdes inhalés seuls à doses moyennes voire fortes (en équivalent béclométasone), ou
- de l'association corticoïdes inhalés à doses faibles plus des anti-leucotriènes, ou
- de l'association corticoïdes inhalés à doses faibles plus une théophylline à libération prolongée.

 

4. Le 4 ème niveau  :

=> Utilisation régulière de corticoïdes inhalés à doses moyennes voire fortes (en équivalent béclométasone) associés à des β2 mimétiques inhalés à longue durée d'action.
=> Des bronchodilatateurs supplémentaires peuvent être ajoutés au traitement qui sera prescrit de façon séquentielle (jusqu'à obtention de l'association thérapeutique satisfaisante) durant quelques semaines et consistera à l'essai des produits suivants :

 

 

- théophyllines à libération prolongée ;
- antileucotriènes.

 

5. Le 5 ème niveau  :

• Utilisation des corticoïdes oraux en continu, la plus faible dose efficace en une seule prise quotidienne matinale et si possible en alternance 1 jour sur 2 pour prévenir les effets secondaires de la corticothérapie orale, associés éventuellement à des anti-IgE.

=> Pour chaque niveau, dès que le contrôle de l'asthme est obtenu pendant une période minimale de 3 mois, une réduction progressive des doses est effectuée afin d'obtenir la dose minimale efficace.
=> Il est important de différencier la sévérité globale clinique de l'asthme, comme elle vient d'être définie, d'avec la gravité des exacerbations au cours de l'histoire de la maladie.
=> C'est le critère de plus haute sévérité qui dicte la sévérité de la maladie. Ainsi, des patients porteurs d'un asthme léger à modéré peuvent de temps en temps avoir une crise grave, ce qui ne les classe pas pour autant dans le groupe des asthmes chroniques sévères, définis par le handicap dans la vie quotidienne, la permanence des symptômes…